Utilisez le icônes sur les pages à ajouter aux favoris

Vous préparez un voyage au Japon ?

Partagez vos photos de voyage avec nous en ajoutant à vos photos le hashtag #visitjapanjp

Ma préférence

Des plats qui voyagent

Les plaisirs de la cuisine japonaise ne se trouvent pas uniquement dans les restaurants.

 

Si le métier de cuisinier est apparu en France après la Révolution, avec la naissance des « restaurants », le Japon a quant à lui développé la culture des traiteurs dès le début du XVIIIe siècle. Il existait la coutume de se faire livrer non seulement des plats populaires, comme un bol de soba, mais aussi des plats sophistiqués et bien présentés lorsque l’on recevait des invités. 
Cette tradition a perduré jusqu’à aujourd’hui, et, outre la livraison de plats de restaurants, elle a engendré différents types de « plats à emporter ». Les « depachika », les sous-sols des grands magasins, offrent un kaléidoscope de délices, avec des plats japonais, chinois et occidentaux, des pâtisseries occidentales de grandes marques, de l’épicerie fine du monde entier… De quoi vous donner le vertige. C’est l’endroit idéal pour dénicher des souvenirs de voyage et des cadeaux à rapporter aux amis. 
Les collégiens et lycéens apportent leur bento (boîte déjeuner), souvent préparé par leur mère, et les magasins spécialisés en bentos, qui se rencontrent souvent dans les quartiers d’affaires, proposent une riche variété de plats à emporter. Les ekiben (bentos vendus dans les gares) ont un je-ne-sais-quoi qui ravit les petits comme les grands. Aujourd’hui, les depachika organisent régulièrement des événements au cours desquels sont proposés les ekiben de plusieurs régions : les clients s’y précipitent pour retrouver leur ekiben préféré, afin de profiter d’un voyage gustatif.
Le système de livraison par camion frigorifique est si bien développé que l’on peut acheter du poisson sur un marché au cours d’un voyage et le faire envoyer à la famille restée à la maison, ou faire livrer un gâteau surprise pour l’anniversaire d’un ami. Ainsi, les plats voyagent aussi parfois, comme pour transmettre un message.
 

 

Ekiben
Né presque en même temps que le chemin de fer, au Japon, l’ekiben agrémente les voyages en train. Présentant souvent des produits phares, il est en quelque sorte le portrait de la région. Aujourd’hui, on compte plus de 2 000 sortes d’ekiben, qui rivalisent d’originalité dans la forme de leur contenant ou dans leur concept.

 

Sendai

Sendai, capitale de la préfecture de Miyagi, compte outre le mausolée Zuihô-den de Masamune DATE, le premier seigneur féodal, de nombreux parcs et ensembles immobiliers futuristes. Parmi les joyaux de cette architecture moderne : le cube de verre et d’acier de la médiathèque et le gratte-ciel AER contigu à la gare de train JR. Dans cette dernière, les spécialités locales à base de fruits de mer et la très convoitée langue de bœuf grillée gyûtan disposée dans une boîte à bento autochauffante en moins de 5 min sont proposées sous forme d’ekiben. De là, à 40 km au nord-est, détour à ne pas manquer : la baie de Matsushima et son paysage idyllique de plus de 260 îlots hérissés de pins centenaires.

 

 


Gare JR de Sendai

1 Chuo, Aoba-ku, Sendai-shi, Miyagi-ken.

Accès en train depuis Tokyo (1 h 35) par la ligne Tohoku-Hokkaido ou Akita Shinkansen.

 

Pour en savoir plus : www.sentabi.jp (EN)

 

Crédits photographiques

Haut : © Jérémie Souteyrat 

Milieu : Gare de Shinagawa, Tokyo © Jérémie Souteyrat

Bas : Baie de Matsushima, Miyagi. © Miyagi Prefecture Tourism Division