Utilisez le icônes sur les pages à ajouter aux favoris

Vous préparez un voyage au Japon ?

Partagez vos photos de voyage avec nous en ajoutant à vos photos le hashtag #visitjapanjp

Ma préférence

Les astuces d’un photographe installé depuis 20 ans au Japon pour réussir ses clichés des sanctuaires uniques de Miyazaki [PR]

 [2019.12]

La préfecture de Miyazaki se situe dans le sud-ouest du Japon, dans la région du Kyushu, à environ une heure et demie d’avion de Tokyo. C’est à la fois un lieu de villégiature réputé qui bénéficie d’un climat tempéré et une région de mythes japonais vieux de plus de 2000 ans. On y trouve encore aujourd’hui des sanctuaires anciens et une culture traditionnelle d’une grande richesse. 

 

Paul Zikan est un Australien qui s’est installé depuis plus de 20 ans dans la préfecture. Il est très aimé des habitants de Miyazaki. Photographe de profession, ce personnage sympathique et dynamique passe son temps libre à surfer et à profiter des autres atouts de la région.

 

Il ne quitterait Miyazaki pour rien au monde. Lorsqu’il lui arrive de retourner en Australie, il se dit très vite qu’il rentrerait bien dans sa région d’adoption. Nous l’avons rencontré pour qu’il nous parle de ses endroits préférés à Miyazaki et de ses astuces pour prendre de splendides photos de la région.

 

Miyazaki, une préfecture au climat tempéré et à la population ouverte et sympathique

 

Paul, qu’est-ce qui vous a poussé à venir vivre à Miyazaki ?

Paul Zikan

 

Paul : Au départ, je travaillais en tant que commercial à Sydney. Mais à l’approche de la trentaine, j’ai commencé à me poser des questions sur mon désir de continuer dans cette voie. J’avais envie d’essayer quelque chose d’inhabituel et de relever de nouveaux défis. J’ai alors pensé à aller au Japon, un pays dont la gastronomie et la culture m’ont toujours intéressé.

 

Le visa vacances-travail pour le Japon ne peut être obtenu que jusqu’à 29 ans. Deux mois avant mon trentième anniversaire, mon désir de me rendre dans ce pays a pris le dessus et je me suis lancé.

 

C’est assez rare de voir quelqu’un choisir Miyazaki plutôt que Tokyo ou Kyoto comme destination au Japon.

 

Paul : En Australie, j’ai grandi à côté du parc national des Blue Mountains. J’ai donc été attiré par la riche nature de Miyazaki, avec ses montagnes et son littoral. De plus, l’hôtel Sheraton venait juste d’être construit à Miyazaki et je trouvais que la ville avait probablement du potentiel. Mais ce qui a vraiment été décisif dans ma décision c’est la présence dans la ville de courts de squash, qui est un sport que j’aime beaucoup (rires).

 

Quel était votre sentiment après avoir commencé à vivre à Miyazaki ?

 

Paul : C’est très relaxant de vivre à Miyazaki. Je ne sais pas si c'est un effet du climat tempéré, mais les gens sont très ouverts et sympathiques. Je me suis tout de suite dit que j’avais envie de rester vivre dans la région.

 

Je suis aussi allé à Tokyo, mais ce n’est pas une ville pour moi. Il y a toujours beaucoup de monde où que l’on aille et les trains sont bondés le matin. Même quand je retourne en Australie, je me dis que je préfère Miyazaki.

 

Non seulement c’est une région bénie par la nature, mais il y a également beaucoup de plages pour surfer. Quelques-uns de mes collègues surfeurs qui habitaient à Tokyo sont même venus s’installer ici. 

Bord de mer d’Aoshima

 

Quel serait pour vous le principal atout de Miyazaki du point de vue d’un étranger ?

 

Paul : Je pense tout de suite à la cuisine avec les nombreux plats locaux, en particulier le chicken nanban, qui est un plat au poulet originaire de Miyazaki. Pour le préparer, on prend des morceaux de poulet que l’on trempe dans la panure avant de les faire frire. Ils sont ensuite plongés dans du vinaigre sucré ou une sauce originale. Le goût peut être vraiment différent d’un restaurant à l’autre et je ne manque pas une occasion d’essayer ce plat si je découvre un nouveau restaurant.

 

Chicken nanban

 

Paul : Il y a également les hamburgers au bœuf de Miyazaki et les bonites pêchées au printemps ou en automne. Un vrai régal !

 

Hamburger au bœuf de Miyazaki

 

Plat à la bonite de printemps et d’automne

 

Et en dehors de la gastronomie, qu’y a-t-il à voir à Miyazaki ?

 

Paul : Un des lieux touristiques les plus connus de la préfecture est la région de Takachiho qui comprend des gorges magnifiques et des sanctuaires très liés à la mythologie japonaise, mais Miyazaki propose beaucoup d’autres lieux touristiques uniques.

 

Gorges de Takachiho

 

Paul : Je recommande particulièrement aux touristes de visiter les sanctuaires Aoshima-jinja, Udo-jingu et Miyazaki-jingu. Ces trois sanctuaires permettent non seulement de découvrir l’histoire et la culture du Japon, mais également la nature propre à Miyazaki.

 

En plus, ces sanctuaires sont situés non loin de l’aéroport et du centre de Miyazaki et peuvent être visités tous les trois en une journée pour peu que l’on dispose d’une voiture. La route du littoral qui relie les sanctuaires est bordée de paysages magnifiques.

 

L’île d’Aoshima : des formations rocheuses rares, des plages paradisiaques et du surf !

 

Parlez-nous d’abord du sanctuaire Aoshima-jinja

 

Paul : Ce sanctuaire se trouve sur la petite île d’Aoshima située à environ 30 minutes en voiture au sud du centre-ville de Miyazaki. Le site a reçu deux étoiles au Guide Vert Michelin consacré au Japon.

 

Sanctuaire Aoshima-jinja

 

Paul : Il est possible de se rendre à pied sur l’île depuis la côte en traversant un pont. Le paysage qu’offre le portique torii qui se dresse à l’extrémité de la plage est vraiment magnifique. Je pense qu’il est assez rare de voir au Japon un sanctuaire shinto entouré d’une végétation tropicale. 

 

 

 

 

Paul : Autour de l’île et à proximité du pont se trouve une formation rocheuse étonnante appelé Oni-no-sentakuita (« la planche à laver du démon ») qui dessine d’étranges formes géométriques. C’est un paysage très impressionnant. Il est possible de s’y promener à marée basse, mais ces rochers sont entièrement recouverts à marée haute. Je conseille donc à tous les touristes de regarder les heures des marées avant de se rendre sur l’île.

 

Oni-no-sentakuita

 

 

 

Paul : C'est aussi un lieu très prisé des surfeurs qui apprécient les vagues hautes qu’offrent les plages à proximité. Il est très facile pour les touristes de se changer les idées et de surfer dans cette région grâce aux nombreux magasins qui proposent des planches de surf en location et des initiations.

 

Bord de mer d’Aoshima

 

C’est sûr que le paysage de l’Oni-no-sentakuita est vraiment magnifique. Avez-vous un conseil à donner aux touristes pour réussir les photos ?

 

Paul : Tout d’abord, je conseille à tous de visiter cette île à marée basse. Ce serait vraiment dommage de ne pas pouvoir profiter d’un paysage si impressionnant parce qu’il est caché sous l’eau. Ensuite, comme le relief si particulier de l’Oni-no-sentakuita ne sera pas bien visible si la photo est prise d’un point de vue peu élevé, je recommande de se placer un peu en hauteur pour prendre ce paysage en photo.

 

 

Paul : Comme la mer est à l’est, les photos prises le matin seront en contre-jour et les parties claires auront tendance à apparaître entièrement blanches. Pour obtenir un bon rendu des couleurs, je conseille de prendre les photos l’après-midi.

 

S’il fait très beau, il pourra être difficile de voir la limite entre le ciel et la mer. Il est donc recommandé d’attendre qu’une vague se lève pour obtenir un beau contraste entre le ciel, la mer et les rochers.

 

 

Paul : D’autres formations rocheuses remarquables sont également visibles sur les plages des environs. Il est possible de voir d’autres « planches à laver du démon » d’en haut en montant au col Horikiri-toge situé un peu au sud du sanctuaire Aoshima-jinja. En respectant des proportions de 7:3 sur un cliché pour les rochers d’un côté et la végétation du col de l’autre, il est possible d’obtenir des photos très impressionnantes avec une bonne perspective.

 

Col Horikiri-toge

 

Paul : Le col Horikiri-toge offre une splendide vue sur l’océan et est situé à proximité du Michi-no-eki Phoenix. Cette aire de repos propose de nombreuses spécialités locales et de délicieuses glaces à l’italienne au citron Hyuganatsu de Miyazaki.

 

L’Udo-jingu au pied d’une falaise à pic et le Namikiri-jinja pour apprécier des moments de solitude

 

Le deuxième sanctuaire dont vous nous avez parlé, l’Udo-jingu, bénéficie lui aussi d’un superbe emplacement en bord de mer.

 

Sanctuaire Udo-jingu 

 

Paul : C’est un sanctuaire construit sur une falaise donnant sur l’océan dont le bâtiment principal honden se trouve dans une grotte. L’escalier en pierre que l’on doit emprunter pour aller au honden longe la falaise assaillie de façon incessante par les vagues. Le contraste entre le pont, les balustrades rouges et les larges rochers donne une atmosphère mystique au lieu.

 

 

Paul : À la vue du honden, je ne peux m’empêcher de me demander comment il a pu être construit alors que le toit du bâtiment touche presque le plafond de la grotte. Il est construit dans un style très différent des autres sanctuaires, on ne peut qu'être étonné de trouver un bâtiment pareil dans un endroit comme celui-ci.

 

 

 

Paul : Le site du sanctuaire Udo-jingu comprend un autre petit sanctuaire, le Namikiri-jinja. C’est un lieu à voir absolument.

 

Le chemin qui mène à ce sanctuaire est un peu raide et nécessite une quinzaine de minutes d’ascension, mais ce sentier de montagne vous donnera l’impression de partir à l’aventure. Il ne faudra toutefois pas hésiter à renoncer en cas de mauvais temps ou lorsque qu’il fait sombre parce que le chemin n’est pas toujours en bon état. 

 

Chemin menant au Namikiri-jinja 

 

Paul : C’est quelque chose qui saute aux yeux dès qu’on arrive, mais le sanctuaire est construit dans un endroit incroyable à l’intérieur d’une grotte assaillie par l’océan au pied d’une falaise impressionnante.

 

 

 

 

Paul : Comme c’est un lieu très peu fréquenté par les touristes, on entend seulement le bruit des vagues. Il est très facile de se mettre dans un état d’esprit prompt à la spiritualité et de s’attarder longtemps dans cet endroit. Je vais souvent dans ce sanctuaire pour écouter le bruit des vagues lorsque j’ai besoin de réfléchir. C’est un lieu où il faut s’efforcer de ressentir le paysage, le bruit des vagues et l’air marin avec tout son corps.

 

 

C’est vrai que cela demande un petit effort pour arriver à destination, mais c’est vraiment une expérience extraordinaire de voir l’océan se rapprocher juste devant vous entouré ainsi de roches brutes au pied d’une falaise.

 

Paul : Oui, c’est une expérience difficile à transmettre en photo (rires). Si je devais donner un conseil, je dirais qu’il est préférable de prendre les rochers au premier plan avec l’océan et le ciel dans le fond. Cela permettra d’immortaliser l’océan à Miyazaki d’une façon tout à fait unique.

 

 

Le sanctuaire Miyazaki-jingu, un lieu énergétique en plein cœur de la ville

Le dernier sanctuaire que vous avez mentionné est le Miyazaki-jingu. Celui-ci se trouve en plein cœur de la ville de Miyazaki, n’est-ce pas ?

 

Paul : Les deux précédents sanctuaires se trouvaient dans des endroits assez uniques. Le Miyazaki-jingu est situé de façon plus classique dans une forêt luxuriante qui met son charme en valeur.

 

Sanctuaire Miyazaki-jingu

 

Paul : Ce sanctuaire a plus de 1000 ans d’histoire et son bâtiment principal a été rénové de nombreuses fois pour aboutir à sa forme actuelle. Sa structure en cèdre à l’architecture simple est d’une grande élégance.

 

Bien que le sanctuaire se trouve en ville, tout le site est enveloppé d’une ambiance solennelle. Le soir venu, lorsque le ciel s’assombrit, l’éclairage des lanternes traditionnelles donne au lieu une atmosphère mystique. Tout comme le Namikiri-jinja, ce sanctuaire est devenu l’un de mes lieux énergétiques préférés.

 

 

Paul : Outre les festivals organisés en février, en octobre et en novembre chaque année, le sanctuaire accueille également en avril le rite sacré Yabusame. Il s'agit d'une cérémonie traditionnelle, au cours de laquelle des cavaliers en tenues de guerriers montent des chevaux au galop et tirent sur des cibles avec de grands arcs.

 

C’est un lieu à voir absolument pour tous ceux qui souhaitent découvrir un sanctuaire resté authentique et empreint de l’histoire et la culture traditionnelle du Japon.

 

Le rite sacré Yabusame

 

Y a-t-il des choses auxquelles il faut faire attention, des usages à observer, lorsque l’on prend un sanctuaire en photo ?

 

Paul : Certains sanctuaires peuvent en effet interdire les photos. Il faut donc toujours bien vérifier s’il y a des panneaux ou des messages d’interdiction avant de prendre des photos.

 

Dans les trois sanctuaires dont nous avons parlé aujourd’hui, toutes les parties qui sont librement accessibles peuvent être prises en photo. Toutefois, il vaut mieux ne pas prendre en photos les espaces situés à l’arrière des bâtiments principaux, les honden, et les autres parties non accessibles au public. Ce serait considéré comme déplacé.

 

Des sites facilement accessibles en voiture ou en train sur une ligne magnifique qui longe le littoral

 

Pour finir, avez-vous des conseils à donner pour voyager dans la préfecture ?

 

Paul : Pour faire le tour de beaucoup de sites touristiques rapidement, le mieux reste encore la voiture. Il y a beaucoup de magasins de location de voiture à proximité de l’aéroport de Miyazaki.

 

Mais je tiens à faire remarquer que les trains de la région ont beaucoup de cachet. Le train touristique limited express Umisachi Yamasachi qui circule sur la ligne JR Nichinan est particulièrement beau avec un intérieur, mais également un extérieur, en cèdre d’Obi. Ce train circule dans des paysages magnifiques le long du littoral. C’est un moyen de transport vraiment unique et plein de charme.

 

Train limited express Umisachi Yamasachi 

 

 

 

 

Paul : La ville de Miyazaki est très sûre et les habitants sont paisibles. Il n’y a donc pas d’inquiétude particulière à avoir. Mais il est tout de même nécessaire de montrer du respect pour la culture et la façon de penser de Japonais. Il est en particulier important de faire attention aux usages lorsque l’on visite un sanctuaire.

 

Les Japonais sont en grande majorité gentils et aimables. Ils ne font bien souvent aucune remarque même s’ils sont confrontés à des personnes déplaisantes. C’est leur culture qui veut ça. Les choses que l’on trouve déplaisantes varient d’une personne à l’autre, mais en général il est bon de ne pas faire quelque chose que l’on ne veut pas que l’on nous fasse. En faisant attention à cette règle qui peut paraître évidente, on est sûr de faire un voyage très agréable.

 

Informations

 

Miyazaki | Japan Travel | JNTO

https://www.japan.travel/en/destinations/kyushu/miyazaki/

 

The Official Miyazaki Travel Guide

https://www.kanko-miyazaki.jp/english/

 

Sanctuaire Aoshima-jinja

Adresse : 2-13-1, Aoshima, Miyazaki-shi, Miyazaki-ken 

Accès : Environ 10 minutes à pied depuis la gare d’Aoshima sur la ligne JR Nichinan

https://aoshima-jinja.jp/

 

Sanctuaire Udo-jingu

Adresse : 3232, Miyaura, Nichinan-shi, Miyazaki-ken 

Accès : Environ 10 minutes à pied depuis l’arrêt de bus Udo-jingu 

https://www.udojingu.com/

 

Sanctuaire Miyazaki-jingu

Adresse : 2-4-1, Jingu, Miyazaki-shi, Miyazaki-ken

Accès : Environ 10 minutes à pied depuis la gare JR Miyazaki-Jingu

https://miyazakijingu.or.jp/

 

Train limited express Umisachi Yamasachi de JR Kyushu

https://www.jrkyushu.co.jp/english/train/umisachiyamasachi.html