Utilisez le icônes sur les pages à ajouter aux favoris

Vous préparez un voyage au Japon ?

Partagez vos photos de voyage avec nous en ajoutant à vos photos le hashtag #visitjapanjp

Ma préférence

La préfecture d'Okinawa : éco-tourisme au cœur des parcs nationaux

Sable blanc, mer turquoise, forêts tropicales... Quand on pense au Japon, on imagine souvent les grandes villes comme Tokyo, Kyoto ou encore Osaka. Pourtant, Okinawa est un ensemble d'îles paradisiaques entre l'île de Kyūshū et Taïwan. Avec ses 3 parcs nationaux, la préfecture d'Okinawa est une préfecture préservée qui propose un tourisme éco-responsable pour préserver la biodiversité. On vous embarque avec nous à la découverte de ce paradis naturel entre terre et mer.


Le parc national de Yanbaru sur l'île principale d'Okinawa

Notre voyage débute sur l'île principale. L'île d'Okinawa est la plus grande de l'archipel. Même si Naha, la capitale située dans le Sud de l'île, est la ville la plus peuplée, nous avons été surpris de voir à quel point la nature y est tout de même omniprésente. Le sanctuaire shinto de Naminoue est par exemple un écrin de verdure qui contraste avec la ville en arrière plan. De même, le Jardin chinois de Fukushû-en nous plonge dans un décor verdoyant et apaisant.

La partie Nord de l'île d'Okinawa est beaucoup plus sauvage avec des forêts, des falaises et des montagnes.

En nous rendant au Parc national de Yanbaru, nous nous arrêtons au village de Bise où nous traversons les grandes allées d’arbres Fukugi à vélo. Ces tunnels de verdure ont été plantées pour protéger les habitations du vent. Le village de Bise est un village traditionnel de pêcheurs et de producteurs d'algues. On peut encore y voir quelques maisons centenaires construites en bois. Non loin du village de Bise, nous visitons les ruines du château de Nakijin, une forteresse classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Le vue depuis les vestiges du château est sublime. À la sortie du château, un vieil homme vend du jus de canne fraichement pressé. Il tient à nous montrer comment il fabrique de la mélasse en faisant bouillir le jus de canne. Okinawa est connue pour sa production de sucre noir, obtenu grâce à ce procédé. C’est l’occasion pour nous de nous rafraichir tout en apprenant un peu plus sur l’Histoire de l’île avant de reprendre la route.

Plus nous allons vers le Nord, moins nous croisons de villages. Les paysages sont à couper le souffle. Les falaises sont sculptées par les vagues et les forêts sont denses. Après un arrêt au cap Hedo, le point le plus au nord d’Okinawa, nous partons randonner dans le parc de Daisekirinzan, la “forêt de grosses pierres”. Daisekirinzan, situé au nord du parc national de Yanbaru, est un site unique. On y trouve des énormes rochers de calcaire vieux de plus de 200 millions d’années ! On peut aussi y voir des banians géants.


Une journée à Tokashiki dans le parc national de Keramashoto

Après notre visite de l'île principale d'Okinawa, nous quittons Naha le temps d'une journée pour nous rendre sur la petite île de Tokashiki, dans le parc national de Keramashoto.
Située dans l’archipel de Kerama à seulement 35 min de ferry au départ du port de Tomari à Naha, l'île de Tokashiki est un lieu préservé qui propose des activités nautiques. On peut y faire du kayak, de la plongée ou encore du snorkeling.

Accompagnés d'un guide, nous longeons la côte en kayak. Nous sommes surpris par la transparence de l'eau qui nous laisse entrevoir les coraux. Cette eau exceptionnelle fait d'ailleurs la renommée du parc national de Keramashoto car on y trouve environ 250 espèces distinctes de coraux.

Attention tout de même. Si la baignade peut sembler être une activité tout à fait anodine, elle peut aussi avoir un impact néfaste sur l'environnement. En effet, les crèmes solaires que nous utilisons pour nous protéger le corps contiennent des produits qui polluent l'eau et abîment les coraux. Évidemment, ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas se protéger la peau, d'autant plus qu'en se baignant, l'eau a un effet loupe qui accentue la puissance des rayons du soleil. Nous vous conseillons donc de privilégier l'utilisation de crèmes solaires éco-responsables. Si vous préférez, vous pouvez également vous baigner avec un vêtement, comme un t-shirt, pour vous protéger. Les coraux d’Okinawa sont parmi les plus beaux du monde, il est donc essentiel de faire attention car voyager de manière plus durable c’est aussi penser à son impact sur la biodiversité.

Le parc national de Keramashoto regorge aussi de nombreuses espèces de poissons tropicaux comme des poissons-clowns mais aussi des tortues et des baleines à bosse en hiver.

Notre guide nous montre au loin une plage et nous explique qu’ici les tortues viennent pondre. Les lieux de ponte des tortues restent secrets afin de les protéger. Après notre balade en kayak, nous passons l'après-midi sur la plage de sable blanc de Tokashiku. Équipés d'un masque et d'un tuba, nous profitons des températures douces pour nous baigner. Cette plage est connue pour les tortues qu'on peut observer en snorkeling à quelques mètres seulement du bord de l'eau. C'est la première fois que nous voyons des tortues marines d'aussi près et nous arrivons difficilement à cacher notre émotion.

En fin de journée, nous reprenons le ferry en direction de Naha. Cette parenthèse sur l'île de Tokashiki nous a réellement déconnectés du reste du monde et nous en avons pris plein les yeux.


Découverte du Parc national d'Iriomote-Ishigaki

Le parc national d'Iriomote-ishigaki est la dernière étape de notre voyage dans la préfecture d'Okinawa. Les îles d'Iriomote et d'Ishigaki sont situées à la pointe sud de l'archipel.

Dès notre arrivée sur l'île d'Iriomote, nous sommes surpris de voir à quel point les traces de la présence humaine sont minimes. En effet, l'île d'Iriomote est recouverte à 90% de forêt subtropicale. Même si l'île a une superficie de presque 300km², il n'y a que 2400 habitants. Le route principale qui longe la côte ne fait même pas le tour complet de l'île. Depuis que l’île est devenue un parc national, les nouvelles constructions sont interdites.

C'est sur cette île sauvage qu'on trouve notamment le chat d'Iriomote, une espèce endémique qui fait partie des trésors du patrimoine national japonais. On peut d'ailleurs visiter le centre de conservation de la faune d'Iriomote qui vise à sensibiliser les voyageurs sur l'importance de la protection de la faune et de l'environnement sur l'île.

Accompagnés d'un guide spécialiste de la faune et de la flore locale, nous partons à l'aventure en kayak à travers la mangrove. Après une courte randonnée dans la forêt, nous arrivons à Pinaisara Falls, une cascade de 55 mètres de haut ! Du haut de cette cascade, nous pouvons admirer une magnifique vue sur la forêt et la mer.

Juste à côté de l'île d'Iriomote, la petite île de Taketomi semble être figée dans le temps. À seulement 15min de ferry d'Ishigaki, nous décidons d'y passer la journée à vélo. Tout comme à Ishigaki, on y trouve de belles plages paradisiaques de sable blanc et d'eau turquoise. Mais ce que nous aimons particulièrement ce sont les maisons traditionnelles centenaires en bois. Les allées fleuries ne sont pas goudronnées et le village garde vraiment son aspect authentique. 
Après plus d'une semaine au cœur de la nature sur l'île principale d'Okinawa, sur la petite île paradisiaque de Tokashiki, sur l'île sauvage d'Iriomote et sur l'île aux maisons centenaires de Taketomi, nous retrouvons la ville avec l'île d'Ishigaki. Ishigaki est plus urbaine mais on y trouve tout de même des coins préservés, comme la baie de Kabira ou encore les environs du phare de Hirakubozaki tout au nord de l'île.


Comment se déplacer dans la Préfecture d'Okinawa ?

Pour se rendre à Okinawa, on peut bien évidemment prendre l'avion depuis Osaka ou Tokyo mais il y a aussi la possibilité de s'y rendre en ferry depuis Kagoshima. Une fois sur place, c'est très facile de se déplacer en bus grâce au bon réseau de transports en commun. On peut ainsi se rendre sur tous les principaux sites touristiques en bus et louer des vélos pour les petits déplacements.
Pour se déplacer d'île en île, là encore, il existe un bon réseau de ferries. Le ferry coûte souvent moins cher et permet de se rendre sur des îles qui ne disposent pas d’aéroport.

Astuce :

Si comme nous vous souhaitez voyager de manière plus éco-responsable, pensez à réserver vos activités et déplacements en avance pour éviter des trajets inutiles. De nombreuses activités se font uniquement accompagnés, cela permet donc de pouvoir profiter du voyage tout en ayant les consignes de bonnes pratiques pour préserver les lieux.

Ce voyage à Okinawa nous a permis d'expérimenter un Japon apaisant au plus près de la nature. Loin du stress citadin, les parcs nationaux de la Préfecture d'Okinawa nous permettent de profiter de la biodiversité tout en favorisant un tourisme plus éco-responsable.

Pour en savoir plus sur l’archipel d’Okinawa : https://www.visitokinawa.jp/?lang=fr

Article signé Clo & Clem 

Recherche

Catégories

Please Choose Your Language

Browse the JNTO site in one of multiple languages