Utilisez le icônes sur les pages à ajouter aux favoris

Vous préparez un voyage au Japon ?

Partagez vos photos de voyage avec nous en ajoutant à vos photos le hashtag #visitjapanjp

Ma préférence

L’hospitalité, l’excellence japonaise

« Omotenashi », l’hospitalité à la japonaise, est le mot clef de la cuisine japonaise. Régaler ses invités est la préoccupation principale de tous ceux qui reçoivent.


L’un des plaisirs du voyage au Japon se trouve dans les échanges chaleureux avec les Japonais, malgré la barrière de la langue. Les sourires, une mandarine tendue par un voisin de train, la patronne et l’équipe de l’auberge qui sortent vous saluer jusqu’à ce que votre taxi tourne au coin de la rue, vous tendent une serviette à l’entrée les jours de pluie, ou encore vous appellent pour un objet oublié à l’hôtel… 

Le restaurant est l’un de ces lieux où l’hospitalité à la japonaise se manifeste. Face au comptoir, le chef veillera à ce que vous puissiez déguster les mets à votre rythme, modifiera la quantité de riz selon votre appétit, remplacera parfois un ingrédient par un autre selon votre réaction face à un mets, apportera une nouvelle tasse de thé lorsque la vôtre aura un peu tiédi, changera discrètement l’emplacement des couverts si vous êtes gaucher, préparera des boulettes de riz cuit, pour vous les offrir à emporter… Tout cela est réalisé sans qu’on ne s’aperçoive de rien, le but étant d’offrir un moment agréable et relaxant pour tous. 

Maître Rikyû, fondateur de la « voie du thé », a écrit au XVIe siècle sur la notion d’hospitalité. La cérémonie du thé consiste à sublimer cet esprit d’hospitalité jusqu’à l’esthétique, choisissant la tasse, le tableau accroché au mur et les accessoires pour chaque invité, et le monde de la restauration au Japon a hérité de cette philosophie.
Souvent, beaucoup plus que le contenu de chacun des plats, c’est l’ensemble de ces attentions délicates que l’on déguste, que l’on se remémore, et qui constituera plus tard les « bons souvenirs » du voyage. 

 

 

Shikki, la vaisselle laquée
Le bol de bouillon
dashi que l’on tient entre ses deux mains et qui nous transmet une douce chaleur ce geste accueillant est possible parce que le bol est fait de laque végétale, urushi. Lisse au toucher, n’émettant pas de bruit, la vaisselle en laque fait partie de l’esthétique de la cuisine japonaise. Du nord au sud, de nombreuses régions en produisent dans des styles différents, même si, de nos jours, la quantité produite et le nombre d’artisans diminuent.

 

Noto

Vertigineuse avancée sur la mer du Japon au nord du département d’Ishikawa, la péninsule de Noto présente l’aspect d’un paradis naturel bien préservé. Sillonnant les rizières en terrasse, la route côtière ouest offre de fabuleux panoramas ponctués par de nombreuses criques et des éperons rocheux sur lesquels viennent se briser d’impressionnantes lames. À mi-chemin, le port de pêche de Wajima possède un marché animé où les étals de fruits de mer et poissons côtoient de nombreux objets artisanaux en laque. À proximité de l’Hôtel de ville et de la rivière Fugeshi, le Musée d’art des laques Urushi présente de splendides pièces. 

 

 


Musée d’art des laques Urushi

Tous les jours, 9 h – 17 h. 630 yens.

11 Shijugari, Mitomori-machi, Wajima-shi, Ishikawa-ken.

Accès en train depuis Kanazawa (3 h) par la ligne Noto Railway Nanao jusqu’à Anamizu, puis bus jusqu’à la station de Wajima. Sur la ligne de bus côtière 219 traversant la ville, descendre à l’arrêt Shitsugei Bijutsukan pour accéder au musée.

 

Pour en savoir plus : www.ishikawatravel.jp (EN)

 

Crédits photographiques

Haut : Hiiragiya, Kyoto. © Jérémie Souteyrat

Milieu : Hirasansou, Shiga. © Jérémie Souteyrat

Bas : Senmaida, Ishikawa. © Wajima City Industry Division,Tourism Section

Please Choose Your Language

Browse the JNTO site in one of multiple languages